La citation de la semaine

"Lire donne l'occasion très tôt d'aménager sa solitude intérieure. Elle devient alors source de plaisir, de bonheur, de richesse, au lieu d'être vécue comme un cachot, un malheur, une pénitence. Aucun autre instrument éducatif, télévision, conférences, jeux, ne saurait la remplacer, car il n'y a que la lecture où l'on soit seul. Un enfant sachant tirer parti de sa solitude s’accommodera de tout."

Madeleine Chapsal

5 févr. 2011

"Auprès de moi toujours" - Kazuo Ishiguro, 2009

Et dire que d'après la jolie couverture, je m'attendais à un roman classique, insouciant comme l'enfance, presque candide... J'étais bien loin du compte, car ce livre de Kazuo Ishiguro est un véritable ovni. Le plus dur va être de vous en parler, de vous donner l'envie, sans rien vous révéler...

Kath, la narratrice, nous raconte avec beaucoup de recul et de sagesse ses souvenirs d'enfance auprès de ses amis Ruth et Tommy, et comment ce qu'ils vécurent étant enfants a pu faire d'eux ce qu'ils sont devenus. Ils ont été élevés ensemble depuis leur plus jeune âge à Hailsham, une sorte de pensionnat à la fois strict et où il fait bon vivre.

L'atmosphère générale du livre au début est assez plaisante, mais très vite, on sent que quelque chose cloche. Si l'on gratte un peu le vernis, que va-t-on découvrir en dessous? Ce n'est pas vous en dire trop que de vous dire que jamais, on n'évoque des parents, de la famille, des frères et soeurs. Jamais les enfants ne quittent l'internat pendant les vacances. On ne parle pas de professeurs, mais de gardiens. On leur répète sans cesse qu'ils sont spéciaux, différents des autres; ils seraient une sorte d'élite. On sent qu'un lourd secret plane sur ces enfants. Jamais on n'évoque l'extérieur, comme s'ils étaient seuls au monde. Si bien que très vite, cela tourne au huis clos oppressant...

L'auteur, à travers Kath, sait nous tenir en haleine de façon extrêmement subtile. On ne tourne pas les pages frénétiquement... mais on les tourne, dès qu'on peut. C'est le genre de livre qui n'empêche pas de s'endormir le soir, mais qu'on garde pourtant tout le temps auprès de soi, au cas où on aurait 3 minutes pour lire un peu :-)

Je suis sortie de cette lecture toute chamboulée par une belle histoire d'amour, et aussi par cet aperçu de ce que notre société pourrait devenir sous peu si l'on commençait à mettre de côté notre éthique (c'est sûrement déjà le cas; on ne sait pas tout ce qui se trame dans sur notre dos!).

Voilà en tout cas un roman d'anticipation qui donne vraiment à réfléchir: Que sommes-nous? Que voulons-nous faire du temps qui nous est donné à vivre sur terre? Que voulons-nous être pour les autres? Dans quel monde voulons-nous vivre, et que pouvons nous faire pour y arriver? Comment résister à la perte de l'innocence et à la confrontation à la vie d'adulte? Et comment faire vivre la mémoire individuelle et collective?

J'ai encore l'impression étrange de flotter entre deux eaux, entre rêverie et nostalgie. Ce livre est assurément un petit bijou que je vous recommande vivement. Et j'aimerais beaucoup avoir votre avis dessus...

Sortie en salle le 2 mars 2011 de l'adaptation cinématographique de ce roman: "Never let me go"

Auprès de moi toujours, de Kazuo Ishiguro
Gallimard, Folio 4659, 2009

Aucun commentaire: