La citation de la semaine

"Lire donne l'occasion très tôt d'aménager sa solitude intérieure. Elle devient alors source de plaisir, de bonheur, de richesse, au lieu d'être vécue comme un cachot, un malheur, une pénitence. Aucun autre instrument éducatif, télévision, conférences, jeux, ne saurait la remplacer, car il n'y a que la lecture où l'on soit seul. Un enfant sachant tirer parti de sa solitude s’accommodera de tout."

Madeleine Chapsal

10 avr. 2013

"Le chat beauté" - Florence Hinckel, 2013

Pitre est un gros matou pépère, qui aime la bonne vie faite de sardines, de câlins, de siestes, et de tranquillité.

Malo, quant à lui, est un chat un peu "prout-prout" qui aime se montrer, se pavaner, et les compliments à tout bout de champ. Il a d'ailleurs déjà remporté plusieurs concours de beauté.

Leurs propriétaires respectifs se querellent, ou plus exactement... ils ne peuvent pas se sentir! Ils décident de régler leur différend par chats interposés, en les faisant participer à un concours de beauté félin. Car bien entendu, le meilleur (entendez "le plus beau") triomphera!

Oui mais... ça n'est pas si simple. Pitre a beau être une bonne patte, il ne va pas se laisser faire, même si on sent qu'il y met vraiment du sien pour faire plaisir à ses maîtres!

Au final et comme attendu, Malo gagne le concours du plus beau chat, mais un prix est décerné à Pitre pour son incroyable personnalité et sa "sensibilité exceptionnelle"...


Ah, j'ai bien ri en lisant ce petit roman aux illustrations exquises! C'est le chat qui raconte, alors imaginez la séance de "torture" chez le toiletteur, le flegme Garfieldesque quand les souris passent sous son nez et qu'il ne daigne pas tendre la patte... 
C'est drôle, fin, et la morale véhiculée par l'histoire est à mon sens essentielle: l'apparence compte, certes, mais ce qui attirera davantage la sympathie, c'est la personnalité et la sensibilité. C'est rafraîchissant, ça fait du bien, et c'est à ne rater sous aucun prétexte!


Le chat beauté, de Florence Hinckel, ill. Joëlle Passeron
Nathan, 2013

Aucun commentaire: