La citation de la semaine

"Lire donne l'occasion très tôt d'aménager sa solitude intérieure. Elle devient alors source de plaisir, de bonheur, de richesse, au lieu d'être vécue comme un cachot, un malheur, une pénitence. Aucun autre instrument éducatif, télévision, conférences, jeux, ne saurait la remplacer, car il n'y a que la lecture où l'on soit seul. Un enfant sachant tirer parti de sa solitude s’accommodera de tout."

Madeleine Chapsal

26 déc. 2009

"La sorcière de Venise" - Anne-Sophie Silvestre, 2009


Voici trois petits contes de sorcières: La sorcière de Venise, suivi de Marie Charivari et La princesse grenouille.

La première de ces trois sorcières est la peu célèbre Befana, gentille sorcière qui est connue pour faire le tour des maisons lors de la nuit des Rois (nuit de l'Epiphanie). Les enfants accrochent une chaussette à la cheminée, et s'ils ont été sages, la Befana la remplit de chocolats et caramels, mais s'ils ont été de petits démons, elle la remplit de charbon... Ca, c'est la version officielle :-)

Anne-Sophie Silvestre nous en livre une version un peu différente... La Befana de l'histoire, qui est loin d'être bête, dit qu'il est bien difficile de savoir si un enfant a été sage ou non. Il y en a tellement... Alors pour ne pas être injuste, elle distribue à tous des chocolats et du charbon!

Une nuit, elle entend des pleurs d'enfant venant de la prison des Plombs. Que fait cet enfant dans cette prison? Quoi qu'il en soit, il a droit comme tous les autres à ses friandises... Elle se faufile dans la cheminée et découvre avec stupeur une toute petite fille, abandonnée dans une cellule vide, et une paire de boucle d'oreilles sous le conduit de la cheminée.

La maman, voulant échapper à une mort certaine, a pu s'enfuir en grimpant dans le conduit, mais elle a dû abandonner sa fille... La Befana recueille alors l'enfant, qu'elle surnomme Befanita, et se donne comme objectif de tout faire pour retrouver sa mère.

La deuxième histoire nous raconte l'histoire de Marie Charivari. Chez les Charivari, on est sorcière de mère en fille. Mais la petite Marie ne rêve que d'une chose: être une fée, comme sa cousine. Mais comme cela ne se fait pas, elle est contrainte de chiper un cahier de formules de fées pour pouvoir s'entraîner en cachette.

Première leçon: transformer un prince en crapaud, pour pouvoir après le désenchanter et faire qu'il aime sa sauveuse toute sa vie...

Mais la formule est très approximative, et le sortilège ne fonctionne pas tout à fait comme prévu...

La dernière histoire, celle de La princesse grenouille est un mélange entre la fameuse grenouille changée en prince, et l'histoire d'Hansel et Gretel. Une jeune princesse grenouille se voit proposer par son père un époux, prince lui aussi. Mais la demoiselle n'a aucune envie de se marier et fait tout pour se rendre désagréable. Et ça marche!

Les deux héritiers se disputent, et font un tel raffut que pour le punir et avoir la paix, la fée Pie les transforme en enfants!

Trop heureux de cette métamorphose, ils se disent qu'avoir des jambes est l'occasion rêvée de savoir ce qu'il y a au delà du bois. Il s'enfoncent alors dans la forêt, se perdent, et tombent sur une maison de sucrerie, sans savoir qu'il s'agit du piège d'une méchante sorcière qui enferme les enfants perdus dans son garde-manger...

Anne-Sophie Silvestre nous livre ces trois contes de gentilles sorcières, très humaines, aimant leur prochain, qui n'usent que de magie blanche pour rendre le monde meilleur, aider les gentils et punir les vilains...

C'est bien écrit, c'est drôle, c'est très accessible pour de jeunes lecteurs, c'est positif et vraiment agréable à lire. Le petit plus Mon seul regret est que les illustrations, très jolies, soient en noir et blanc... Alors aucune raison de s'en priver!

De chouettes histoires pour les petits ET les grands, car on a tous une sorcière qui sommeille en nous... ;-)

Anne-Sophie Silvestre est aussi l'auteure de la trilogie Marie-Antoinette.



La sorcière de Venise, de Anne-Sophie Silvestre
Eveil & Découvertes, 2009

Aucun commentaire: