La citation de la semaine

"Lire donne l'occasion très tôt d'aménager sa solitude intérieure. Elle devient alors source de plaisir, de bonheur, de richesse, au lieu d'être vécue comme un cachot, un malheur, une pénitence. Aucun autre instrument éducatif, télévision, conférences, jeux, ne saurait la remplacer, car il n'y a que la lecture où l'on soit seul. Un enfant sachant tirer parti de sa solitude s’accommodera de tout."

Madeleine Chapsal

18 sept. 2008

"Malevil" - Robert Merle,1972


En ce moment, je lis Malevil, de Robert Merle. C'est un scénario post-apocalyptique, et c'est vraiment super. J'avoue l'avoir commencé sous vive recommandation de mon compagnon; parce que si j'avais lu la quatrième de couverture dans une librairie, je ne l'aurais jamais acheté ni même parcouru!

Voici ce que dit cette quatrième de couverture:

"Une guerre atomique dévaste la planète, et dans la France détruite un groupe de survivants s'organise en communauté sédentaire derrière les remparts d'une forteresse. Le groupe arrivera-t-il à surmonter les dangers qui naissent chaque jour de sa situation, de l'indiscipline de ses membres, de leurs différences idéologiques, et surtout des bandes armées qui convoitent leurs réserves et leur "nid crénelé"?"

C'est extrêmement bien écrit, avec beaucoup de justesse dans les mots employés.
Tout ce que j'aime: réussir à faire passer un sentiment complexe en quelques mots, des descriptions telles que l'on a aucun problème pour se glisser dans la peau des personnages, que l'on voit réellement les paysages (ou ce qu'il en reste), une chevelure qui tombe sur une épaule, un regard fiévreux, la confusion de celui qui croit devenir fou...
Il n'y a pas un mot de trop, et la langue est belle. Et ça se passe dans les années 80, il me semble. C'est un roman d'anticipation, pas de science-fiction (puisque ça peut arriver à tout moment, qu'un abruti nous balance une bombe atomique sur la figure. Il n'y a qu'à voir ce qui se passe dans le monde. Bref...), et c'est d'autant plus angoissant d'imaginer que c'est réaliste.

Essayez de vous imaginer sans eau courante, sans électricité, toute vie (ou presque) détruite (végétaux, animaux). Il faut tout recommencer à zéro. L'agriculture, l'élevage, trouver le moyen de se chauffer, de cuisiner, de s'habiller. L'argent perd toute valeur; on en revient au troc.
La lutte pour la survie de l'espèce, tout simplement. Trouver une femme fertile, ne pas se battre pour se l'approprier. On redécouvre la notion de partage! :)

Très sérieusement, je vous recommande vraiment ce livre. Contrairement à ce que l'on peut imaginer, ce n'est pas déprimant. C'est palpitant. C'est un autre univers qui s'offre à nous, et pour ma part, j'ai l'impression que cette lecture m'aide à porter un regard neuf sur les choses. Disons qu'on prend largement conscience de la chance qu'on a...



Malevil, Robert Merle
Folio, 1972

3 commentaires:

G. a dit…

Bonne initiative, curieux de voir l'évolution que cela va prendre. Tu es dans mon Netvibes et j'attends la suite...

G.

Clém a dit…

Tout à fait d'accord avec G.

Par contre, je ne suis pas tout à fait sûr du sens de lecture...

De haut en bas ? De bas en haut ?

Où sont donc les articles les plus récents ? Je suis perdu.

Joli titre en tout cas.

Je lirai ça attentivement !

AF a dit…

Merci!
En ce qui concerne le sens de lecture, les plus récents sont en haut de page, et plus tu descends, plus l'article est ancien.
Il y a juste le message de bienvenue que je laisse en permanence en haut de page, puisque c'est le premier qu'on voit, et qui explique le concept du blog.

Tu peux aussi utiliser la fonction "archives" (colonne de droite) qui classe les articles chronologiquement, par mois et année.